Pêcheurs en côte d'ivoire

Réalisée en 2014 cette série de quinze clichés en Noir et Blanc présentée pour la première fois en France dans le quartier ostréicole du Cap-Ferret – porte un regard inattendu sur la vie des pêcheurs du campement d'Assouindé à la frontière du Ghana et de la Côte d'Ivoire.

Jeanne Taris s'immerge au plus près dans un environnement naturel pour nous offrir des scènes de vie et des portraits exceptionnels. Ses souvenirs traduisent cette passion et cette sincérité artistique qui anime une recherche photographique sans concession :
« Je me souviens, qu’étant arrivée de nuit, j’avais dormi dans une petite case sur la plage. En fin de matinée, j’ai d'abord vu passer des femmes et des enfants avec des bassines métalliques qui marchaient le long de la plage. Puis, j'ai passé mon regard derrière un mur qui me séparait de leur destination, pour découvrir cette magie des pêcheurs qui fait que toute la vie du village s'arrête soudainement à l'arrivée des pirogues. Tout le monde se regroupe alors sur la plage. On débarque la sardinelle des ces longues barques en bois peint de 12 mètres de long... Le plus extraordinaire est de voir le travail et la patience des pêcheurs pour parvenir à extraire durant des heures leurs bateaux hors de l'eau. Sans oublier ce musicien rencontré sur la plage et qui rythme par sa présence ce spectacle immémorial....».

Au cœur de cette exposition à taille humaine est également abordé, en filigrane, le thème de la lutte contre l'érosion qui frappe aussi bien les habitations du village d'Assouindé que celles de la Pointe du Cap Ferret.
Jamais recadré, chaque cliché se fait ici le porte-parole de l'échange et de cette relation intime - hors des sentiers battus - qui se tisse spontanément entre l'artiste et son sujet. Autant de pépites photographiques saisissantes qui scandent cette exposition sans snobisme conçue comme une invitation au voyage et à une introspection salutaire.